Photographie

Interview de Lumi Poullaouec

Photo de famille
Lumi Poullaouec

Cet interview a été publié initialement le 16/08/2012 sur mon précédent site Internet. Cela faisait suite à la critique de son livre Le manuel du photographe en herbe.

Bonjour Lumi, pourrais-tu te présenter à mes lecteurs ?

Bonjour, je suis Franco-Finlandaise, mariée à un breton, pour ceux qui s’interrogent sur l’origine de mes nom et prénom !

Sinon, je suis chef de studio graphique et passionnée des métiers de l’image. J’ai passé de nombreuses années dans presse jeunesse, chez M6, à réaliser des magazines pour adolescentes. Depuis un an, je travaille dans une agence de communication internationale.

Pendant mon temps libre, j’aime retourner à mes passions : la photographie et le dessin. Le monde de l’enfance a toujours été pour moi une grande source d’inspiration. C’est ce qui m’a amenée à réaliser mon premier ouvrage destiné aux enfants Le manuel du photographe en herbe édité par Pearson France.

(NDLR Une nouvelle version du manuel du photographe en herbe a été rééditée par Eyrolles)

Qu’est-ce qui t’a amené à faire de la photo ?

J’ai toujours eu une attirance pour la photographie, sûrement car quelque part c’est assez complémentaire avec mon métier de graphiste.

Cependant, ce n’est qu’en 2008, en faisant le tour de l’Islande, que j’ai pris conscience qu’une nouvelle passion naissait au fond de moi. J’ai visité ce pays complètement lunaire, l’oeil collé au viseur d’un Nikon D80 que l’on m’avait prêté pour l’occasion. Là bas, j’ai découvert la joie que me procurait le simple fait de déclencher pour capturer un instant ou un sourire. J’ai pris beaucoup de plaisir à photographier les paysages tout en pestant de ne pas avoir de téléobjectif pour prendre en photo les différentes espèces d’oiseaux qui se trouvaient sur l’île. Quelques années plus tard, en 2010, j’ai eu la chance de bénéficier de la formation de reconversion de mon choix. C’est sans hésitation que j’ai opté pour la photographie en m’inscrivant à tous les stages que proposait la Nikon School.

Comment t’est venue l’idée d’écrire « Le manuel du photographe en herbe » ?

Cela faisait plusieurs mois qu’une idée me trottait dans la tête : réaliser un livre pour enfants. J’ai donc commencé à imaginer et créer un petit univers.

Puis au mois de septembre dernier, j’ai été contactée sur Viadeo par Ylan de Raspide, responsable éditorial chez Pearson France. Il m’a proposé de réaliser un livre pour apprendre la photographie aux enfants.

J’ai tout de suite été emballée par ce projet qui me correspondait parfaitement. Les idées fusaient dans ma tête. J’ai rapidement fait le plan du livre, créé la maquette et enfin proposé le premier atelier – « Prends ton dessert favori en photo » – avec Olaf en tant que professeur. En découvrant les premières pages, toute l’équipe chez Pearson était très enthousiaste. Et un beau jour de novembre, Ylan  m’annonce la bonne nouvelle : le livre sera édité ! Et c’est ainsi que l’aventure a commencé. Quelques mois de travail acharné plus tard, le Manuel s’est enfin retrouvé en rayon, à mon plus grand bonheur. C’est magique d’imaginer qu’Olaf puisse créer une nouvelle vocation chez un jeune lecteur !

Mais d’où vient ton Olaf ?

Olaf est né un jour de pluie. Quelques mois avant que je ne me lance dans la réalisation du « Manuel du photographe en herbe », je gribouillais sur ma tablette graphique. Un petit être commençait à prendre forme : un très long museau, des oreilles pointues et cette grande queue touffue (clin d’oeil à mon chat qui a la même, et qui a cette manie de passer entre mon écran et moi pendant que je dessine). Une fois mon dessin fini, j’ai observé cette petite bête quelques instants et j’ai trouvé qu’il avait une tête à s’appeler Olaf ! À cette époque Olaf n’était pas encore photographe. Il faisait partie, entre autres, de l’univers que j’avais commencé à créer.

Quelques mois plus tard, en allumant mon Mac pour réaliser les premières planches du « Manuel du photographe en herbe », Olaf était là, en fond d’écran, à me regarder avec ses grands yeux ronds. Et c’est à ce moment-là que j’ai réalisé : Olaf le photographe, ça sonne drôlement bien ! Et c’est ainsi qu’Olaf est sorti de sa forêt pour devenir Olaf le Photographe.

Quel est ton matériel photo ?

Depuis que j’ai commencé la photographie, j’utilise du matériel Nikon. J’ai un boîtier D300 avec des objectifs Nikkor : un 17-55 f2.8, un 70-200mm f2.8 VR1, un 35mm f1.8 et un 50mm f1.4. Sinon, j’ai aussi un flash Nikon SB 910 et un pied Manfrotto. Et bien sûr un sac Lowepro pour ranger tout ça. Sinon, je pense bientôt investir dans de l’éclairage studio et un objectif Nikkor 105mm 2.8 Micro.

Si tu avais des moyens illimités, que prendrais-tu comme matériel ?

Tu veux dire quand j’aurais gagné la cagnotte de l’Euromillion ? Ce qui arrivera très prochainement, je pense ! =)

Ce jour-là, je me précipite chez Nikon et je m’achète le D4 avec tous les objectifs Nikkor qui vont avec. Et comme je serais plus riche que Picsou, je me rendrais, avec mon petit panier, chez Leica pour acheter le M9. J’ai l’occasion d’emprunter de temps à autre celui de mon frère, avec qui je partage la même passion. Je trouve le piqué extraordinaire et la petite taille du boîtier est aussi son gros point fort. Mais en attendant, je vais continuer à jouer à l’Euromillion…

Quel est ton domaine photographique préféré ?

Je n’ai pas particulièrement de domaine photographique de prédilection. Cependant, j’aime prendre des gens en photo. Je garde aussi un excellent souvenir d’une semaine pendant laquelle j’ai suivi Jean-Louis COULOMBEL avec la Nikon School, sur les défilés de mode durant la « Paris Fashion Show ». C’était passionnant de photographier des mannequins dans l’ambiance des backstages ou encore sur les podiums. J’aimerais beaucoup renouveler l’expérience.

Un petit conseil photo pour mes lecteurs ?

Je vais donner à tes lecteurs le même conseil qu’Olaf donne dans le Manuel : Ouvre-l’oeil !

C’est toujours intéressant de voir ce qui se fait autour de nous, de découvrir le travail des autres photographes. Pas pour faire du copié/collé, mais simplement pour l’inspiration et « éduquer » son oeil. Voir ce qui se fait ailleurs pour finir par créer son propre style.

(NDLR Lumi a écrit un nouveau livre depuis la première version de cet interview, vous pouvez le retrouver sur le site Eyrolles)

Vous pouvez retrouver Lumi sur sur son site personnel http://www.lumi.me/ ou sur le site de son livre http://mon-journal-presque-intime.com/

Commentaires