Développer en mobilité avec un iPad

L’iPad est bien plus qu’une tablette, c’est le message d’Apple depuis des années. C’est en partie vrai, mais sur certains points, il reste tout de même loin d’un véritable ordinateur. Pour le développement, c’est en partie le cas. On peut écrire du code, mais pas vérifier que tout fonctionne.

Quel est le matériel nécessaire ?

La première chose obligatoire est bien entendu un iPad, peu importe sa version. J’ai un iPad Air et un ancien iPad Pro, leur fonctionnement est identique pour le développement. Le Pencil n’est pas utile, il se révèle même contre productif.

Un accessoire est impératif, un clavier, car développer avec le clavier tactile est quasiment mission impossible. En effet, la correction automatique est l’ennemi du codeur. J’ai testé plusieurs solutions comme des claviers Bluetooth de toute marque et le clavier Apple Smart Keyboard. La seconde solution est celle que je conserve, car c’est la plus pratique et la frappe est très bonne.

Pour ce qui est du matériel, c’est tout. Quand j’utilisais des claviers bluetooth, il me fallait un accessoire supplémentaire, un support pour l’iPad. Une bonne coque fera l’affaire, mais c’est moins pratique pour travailler dans le canapé. C’est aussi pour cela que les claviers Apple sont un très bon choix.

Quelques pré-requis

Pour la totalité des projets sur lesquels je travaille, j’utilise des dépôts GIT, que ce soit du GitHub ou du GitLab. Ces projets sont hébergés sur les serveurs officiels de GitHub ou des serveurs de mon entreprise. Dans tous les cas, le fonctionnement est le même. C’est beaucoup plus pratique que de copier mes sources sur l’iPad manuellement.

Avant de commencer, je valide mes modifications sur le Git pour avoir toujours les dernières versions disponibles. Ceci évite d’avoir à faire des fusions de code ou de faire des modifications hasardeuses. Je fais la même chose en revenant sur mon poste de travail.

Je développe aussi bien hors-ligne que connecté, cela n’affecte en rien les fonctionnalités des applications. La seule différence est la connexion en SSH sur mes serveurs de test et de production pour le test en réel du code écrit. Cela implique bien entendu d’avoir une connexion Internet fiable et de plutôt bonne qualité.

Mode de travail avec l'iPad et Spck Editor
Ma configuration de travail

Développer en javascript et NodeJS

Quand je travaille sur un projet en javascript et plus précisément en NodeJS, j’utilise l’application Spck Editor qui est entièrement gratuite. Cette application permet de travailler sur des fichiers Javascript, HTML et CSS. Il s’agit d’un éditeur colorant la syntaxe et permettant la complétion automatique du code. C’est vraiment une super application.

Exemple serveur NodeJS sur Spck Editor
Exemple d’un serveur NodeJS sur Spck Editor

De plus, Spck Editor a un gestionnaire de dépôt Git intégré. Il permet de télécharger les dernières sources disponibles, d’envoyer les mises à jour et de gérer l’espace de stockage utilisé sur l’iPad. C’est simple et très efficace à utiliser. La seule chose qu’il ne fait pas, c’est de créer un serveur directement sur l’iPad. D’ailleurs, je ne connais pas d’application qui le permette à ce jour.

Pour me connecter sur mes serveurs en SSH, j’utilise l’application Libterm qui est entièrement gratuite. Ce terminal contient beaucoup d’outils intégrés dont SSH, ce qui est très utile pour tester son code. En plus de ceci, il est possible d’écrire des scripts python et du C. Je n’ai jamais eu de problème avec ce terminal.

Lignes de commande Libterm
Quelques lignes de commande du terminal

Développer pour tout les autres langages

Beaucoup de développeurs d’applications utilisent VS Code ou Atom pour écrire leur code. Pour ma part, j’utilise Visual Studio Code sur Mac et PC depuis plusieurs années. Depuis peu de temps, cette application s’est ouverte complètement en ligne. Elle est disponible ici.

Ceux qui ont l’habitude de travailler avec VS Code sur un ordinateur, c’est exactement la même chose avec le service en ligne. Pour commencer, c’est entièrement gratuit, fonctionnel et très puissant. Ensuite, la colorisation de la syntaxe est disponible pour énormément de langage. Enfin, de plus en plus d’extensions sont disponible pour améliorer son utilisation.

Cependant, tout n’est pas rose avec ce nouveau service. Tout d’abord il est en expérimentation et pourrait être coupé à tout moment. Ensuite, toutes les extensions ne sont pas encore disponibles. Enfin, plus problématique pour moi, seul les dépôts GitHub et Azure sont disponibles. Comme tous mes dépôts professionnels sont hébergés par mon entreprise, ça ne fonctionne pas.

Environnement Web de VSCode
Les seuls dépôts disponibles depuis VS Code Web

Pour conclure

Je dois bien dire qu’au début, je me suis lancé dans cette démarche pour le challenge. J’ai cherché et testé beaucoup d’applications et je suis toujours resté sur ma faim. Quand j’ai réussi à trouver Spck Editor et Libterm, j’ai commencé à vraiment m’intéressé à cette démarche.

Aujourd’hui, j’utilise l’iPad pour développer quand je suis en déplacement et que je voyage léger. Ceci me permet de coder sur un bout de table, sur mes genoux ou n’importe où. Tous mes nouveaux projets sont en JavaScript, donc je peux coder hors ligne.

En plus de cela, je peux me connecter sur mes serveurs pour faire de la maintenance ou même mettre en ligne mon nouveau code. Pendant certaines longues réunions, j’en profite pour faire des modifications sur mes serveurs et mettre à jour mes paquets. C’est un gain de temps appréciable et un gain de poids à transporter.

Pour finir, le fait d’utiliser un iPad pour coder, permet de ne pas être polluer par la vie numérique. Je ne suis pas connecté en permanence sur ma messagerie professionnelle et toutes mes notification sont désactivées. De plus, l’iPad est économe en énergie, ce qui permet de travailler plus longtemps loin d’une prise de courant. Bref, c’est du bonheur.

Renaud Perrai
Renaud Perraihttps://www.renaudperrai.fr
Développeur d'applications et administrateur de réseaux de formation, je gère des projets innovant pour le compte d'une grande entreprise française. Photographe autodidacte, je cherche toujours à m'améliorer et expérimente beaucoup. L'apprentissage par l'erreur est le meilleur moyen de progresser, mais l'échec est une étape difficile.

Laisser un commentaire