Photographie

Comprendre l'ouverture

Diaphragme
Image par Marc Carnicé

Dans le triangle de l’exposition d’une photo, l’ouverture joue un rôle aussi important que la vitesse d’obturation ou la sensibilité. L’ouverture permet de gérer le flux de lumière nécessaire pour une image ainsi que la profondeur de champ disponible sur la photographie. Elle joue le même rôle que l'iris de votre oeil, au moins pour la quantité de lumière.

Un peu de langage

L’ouverture d’une optique s’exprime en nombre d’ouverture notée ƒ/N directement sur son fût. Le chiffre N représente la plus grande ouverture disponible pour l’optique, plus le chiffre est petit et plus l'ouverture sera grande. Pour faire simple, une ouverture de f/1,8 sera plus grande que f/2,8 et ainsi de suite. C'est ce qui explique en partie le prix d'un objectif.

Sur les optiques grand public, il peut y avoir 2 valeurs (par exemple ƒ/4,5-5,6) qui représentent l’ouverture maximum selon la longueur de focale utilisée, on dit que c’est une ouverture glissante. Un objectif 18-55mm ƒ/4,5-5,6 aura une ouverture maximum de ƒ/4,5 à 18mm et de ƒ/5,6 à 55mm. À l’opposé, les optiques professionnelles disposent d’une ouverture fixe, elle ne change pas selon la longueur de focale. Un objectif 17-55mm ƒ/2.8 aura la même ouverture maximum à 17mm et à 55mm soit ƒ/2.8.

L’ouverture se voit mécaniquement par la modification diaphragme de l’optique. Ce diaphragme est une série de lamelles disposées au fond de l’optique qui se resserrent ou s'écartent pour modifier la quantité de lumière entrante dans le capteur. À pleine ouverture (f/2,8 par exemple), les lamelles ne sont pas visibles, car elles sont repliées dans le fût. À ouverture minimale (f/32 par exemple), les lamelles sont bien visibles et le trou pour la lumière est le plus petit possible.

L’ouverture et l’exposition

L’exposition d’une photo est fortement liée à la quantité de lumière entrante dans le capteur. L’ouverture de l’optique gère cette quantité de lumière entrante et à donc une grande influence sur l’exposition. Pour faire un raccourci, on pourrait se dire : « j’ouvre à fond pour toujours avoir le maximum de lumière ». C’est un peu plus complexe que cela, car l’ouverture gère aussi la profondeur de champ. L'exposition est aussi liée à la vitesse et à la sensibilité.

Pour avoir une exposition juste, il faut que la quantité de lumière et la vitesse soient soit juste ce qu’il faut pour empêcher qu'elle ne soit trop blanche ou trop noire. Pour tenter de faire simple, plus il y a de lumière entrante (ouverture), moins le temps d'exposition sera long (vitesse). Votre oeil fait la même chose, la nuit l'iris est ouvert en grand et par jour de grand soleil, il est réduit au minimum.

Contrairement à l'oeil, plus l'ouverture sera grande et plus la zone de netteté sera réduite. De même, plus votre sujet sera proche et plus cette zone sera réduite. Cette dernière partie tient plus de la composition, mais il est important de savoir que l’on ne peut pas toujours utiliser la plus grande ouverture possible. C'est une leçon essentielle pour la macrophotographie par exemple.

Quelques exercices

Pour gérer correctement son ouverture, il faut positionner le boîtier en priorité à l’ouverture ou manuel selon vos préférences. Si vous utilisez le mode automatique ou programme, c'est votre appareil photo qui va choisir pour vous l'ouverture et les autres mesures. Les exemples donnés ci-dessous vous donnent quelques astuces, les réglages peuvent être très différents sur votre appareil.

Photo en intérieur sans flash avec une luminosité faible.

Pour faire simple, peu de lumière disponible donc : ouverture au maximum, vitesse lente et haute sensibilité. Cette situation se prête plutôt aux sujets fixes et l'utilisation d'un trépied est fortement conseillée.

Photo en intérieur avec flash

Le flash va apporter la lumière manquante et va régler sa puissance selon vos réglages. Pour faire simple, lumière suffisante donc : ouverture au choix, vitesse rapide (1/60s ou 1/200s selon les flashs) et faible sensibilité. Cette situation se prête aux sujets fixes ou en mouvement avec une distance de mise au point entre 50cm et 3 mètres.

Photo en extérieur avec une bonne lumière

Pour faire simple, lumière abondante donc : ouverture selon votre choix, vitesse rapide et faible sensibilité. Cette situation se prête à tous les styles de photographie, elle est même à privilégier si possible.

Photo en extérieur en faible lumière

Pour faire simple, peu de lumière disponible donc : ouverture au maximum, vitesse rapide et haute sensibilité. Cette situation se prête aux sujets fixes, du paysage. L'usage d'un flash est à proscrire pour garder l'atmosphère.

Commentaires